Rechercher

Comment mon corps aide mon cerveau à y voir plus clair ?




Vous arrive-t-il de trébucher et de rater une marche, de vous cogner contre des meubles, de confondre votre droite et votre gauche, ou bien d’intervertir des mots et des lettres et perdre le fil de vos pensées ?

Vos arrive t-il encore de lire plusieurs fois la même phrase d’un texte sans pouvoir l’enregistrer ou bien décrocher pendant qu’un interlocuteur vous parle et être dans l’incapacité de vous souvenir de ce qui vous a été expliqué ?

Avez vous des enfants qui rencontrent des difficultés d’apprentissage et s’emmêlent les pinceaux dans les lettres, l’ordre des chiffres, qui ont du mal à écouter, se concentrer ou s’exprimer, des difficultés d’écriture ou de lecture ?


Bienveillance ! Je crois que cela nous arrive tous, par moments ou bien plus fréquemment. Dans ces situations là, les différents étages de notre cerveau ne sont pas disponibles pour l’apprentissage au sens large, toutes les parties ne sont pas « branchées ».

Et la solution ne se trouve pas en forçant (relisant le texte encore et encore, écrire des lignes et des lignes pour améliorer les lettres, etc). Au contraire, il est possible de pratiquer certains mouvements pour diminuer le stress qui nous empêche d’accéder à nos capacités. C’est le corps qui va aider le cerveau.

Petit retour sur les besoins de Maslow : physiologiques (besoins vitaux lié à la survie), sécurité (physique et émotionnelle), amour et appartenance, (donner et recevoir de l’amour et de l’affection, estime et estime de soi (reconnaissance pour qui l’on est), réalisation de soi (utilisation complète de nos talents).

Dans notre cerveau, la hiérarchie est un peu pareil. Comment être bien dans sa tête et disposer de toutes ses facultés si l’on n’est pas bien dans son corps et dans ses émotions ?


Avec la kinésiologie éducative (Brain Gym), nous avons un merveilleux outil pour libérer le stress au niveau du corps, du cœur et de la tête et ainsi retrouver toutes ses fonctions cognitives et être disponible pour apprendre – à tout âge !


Comment cela marche ?

Regardons d'abord le cerveau reptilien, celui qui assure les fonctions de sécurité physiques (physiologiques et sécurité). Est ce que j’ai le bon niveau de recul sur les situations ? Est ce que j’ai le bon niveau d’attention ? Où suis je dans l’espace ? Suis je dans le présent ? Dans le passé ? Suis je attentif ?

Comment puis je être disponible si j’ai faim, soif, envie d’aller aux toilettes, de dormir, de soigner une douleur lancinante ? Toute mon énergie est pompée pour répondre à ces besoins de base.


Pour libérer le stress du cerveau reptilien, nous travaillons avec des activités d’allongement qui permettent de relâcher les tensions accumulées, se sentir en sécurité, apaiser ses peurs et qui préparent à l’action pour la concentration, la compréhension, l’expression et la prise d’initiatives.

Le réflexe qui consiste à raccourcir ou contracter le muscle, est la réponse physiologique autonome au danger et à l’agression dans un environnement naturel.

Avec une difficulté à passer « d’aller de l’avant » à « je prends du recul » pour prendre une décision, on se retrouve en posture de sur focalisation à celle de sous focalisation.

Avec les activités d’allongement, nous libérons notre capacité de focalisation. Ces étirements doux vont nous permettre de pouvoir simultanément concentrer toute notre attention et garder une vue d’ensemble sur les situations.


Un exemple ? L’exercice de la Chouette

Placez vous debout, les pieds écartés de la largeur des hanches, le bassin retroversé. Les épaules détendues, placez une main sur votre trapèze gauche et pincez fermement puis balayez la tête de droite à gauche avec l’intention d’amener le regard le plus loin possible, tout en maintenant la pression sur le trapèze. Effectuez ce mouvement 5 fois en prenant une profonde respiration. Idem de l’autre coté.


Il existe 6 activités d’allongement…


Regardons ensuite le cerveau limbique, le siège des émotions, conscientes et inconscientes. Suis je accaparé par des émotions ? Tristesse, colère, préoccupations ? Quelle énergie est allouée à ces charges émotionnelles ?

Certains exercices permettent de retrouver notre centre, de renforcer notre confiance en soi, de se calmer et de mieux s’organiser. En massant des points d’acuponcture et en pratiquant des mouvements de relaxation nous faisons communiquer notre tête et notre corps pour mieux nous organiser, mieux nous enraciner, et nous aligner.


Un exemple ? L’exercice des points du cerveau

Placez vous debout, les jambes légèrement pliées, le bassin retroversé, dans un bel axe vertical.

Placez une main sur votre nombril, et l’autre main sous la pointe de votre clavicule et massez de façon relativement tonique ces 2 points de part et d’autre de votre thorax.

Effectuez simultanément un balayage des yeux de droite à gauche et de gauche à droite en essayant de placer votre regard le plus loin possible. (pour les enfants, on peut aussi trouver la tête à droite et à gauche).

Ressentez la sensation d’enracinement et de centrage et de calme intérieur.


Il existe 7 exercices d’alignement et 2 exercices d’approfondissement permettant de retrouver une stabilité physique et émotionnelle…


Lorsque l’on est focalisé et centré, alors, nous pouvon