Rechercher

Je me kiffe! Par où commencer ?



Je m’aime. Je m’adore. Je suis fièr(e) de moi. Je me respecte. Je mérite. J’écoute et je réponds à mes besoins. Je me fais passer en premier.


Qui dit ça et qui fait ça ? Et pourquoi pas ?

Pourquoi est ce si difficile de s’aimer et si pratique de s’occuper des autres ?


Il y a un probablement nuage de raisons (non exhaustives):

- Cela ne se fait pas et ne se dit pas ! Avez vous reçu ce type d’éducation ? Ce serait égoïste de se regarder le nombril et IL FAUT penser au prochain. L’un n’exclut pas l’autre et pour s’occuper (bien) des autres, il est essentiel d’être dans son axe et en pleine possession de ses moyens.


- JE DOIS m’occuper des autres d'abord ! Héritage culturel ou impératif de circonstances, je vais bien trouver des personnes dépendantes (enfants, personnes en situation de handicap, famille, personnes âgées, collègues, amis) qui ont besoin de moi. Cela me donnera une raison de vivre, d’être utile, de me sentir valorisé(e), et d’éviter de m’attarder sur mon sort (ne serait ce que commencer à regarder, cela fait peur…).


- Tout l’amour que je n’ai pas reçu à ma naissance ! Pas assez, pas assez bien, pas bien, pas sincère, toxique, compliqué, trop… cet amour qui permet de définir ma relation au monde et qui m’a peut-être (sérieusement) embrouillé(e).


- Les autres sont meilleurs que moi ! Ou plus intéressants, plus doués, plus cultivés, plus beaux, plus sûrs d’eux, mieux quoi ! C’est sûr, l’herbe est toujours plus verte ailleurs.


- Je ne mérite pas ! Je ne suis pas à la hauteur, ce que je fais n’a pas de valeur, je ne suis pas légitime, j’ai sûrement mal fait… et pourtant l’amour universel ne fait pas de sélection : il est universel, tout le monde a sa part, sans préférence, non ? Qui parle sur cette injonction ?


- Je dois être parfait ! Sinon cela ne vaut rien, rien n’est jamais assez bien, je m’en veux de ne pas faire mieux… encore de belles pensées comme cela je suis sûr(e) de ne jamais m’aimer (et de ne jamais me foutre la paix…).


- Que va t-on penser de moi ? Je vais paraître narcissique ! Ah oui, le fameux regard des autres ! Celui qui commande tous nos comportements et que l’on consulte inconsciemment avant chaque fait et geste. Il n’est jamais satisfait pour la bonne raison que personne ne ressent les choses de la même façon et qu’il est illusoire de penser faire l’unanimité. C’est ce fixer un objectif INATTEIGNABLE car la critique subjective est à tous les coins de rue…encore une bonne façon d’éviter de s’aimer !


Cela serait comment de se sentir libéré du regard des autres ? Flippant ? Rassurant ? Permissif ? Jouissif ? Incroyable ? Impossible ?


Je ne suis pas assez…bien, intelligent(e), mince, beau (belle), drôle, détendu(e), solaire, sympa, performant(e), organisé(e), capable, charismatique, doué(e), aimable…


Tout ceci n’est que pensée. Réessayez la même phrase sans le « ne pas assez ».

Il suffit de modifier sa croyance! Qu’est ce qui vous en empêche ? Et que risquez vous ?


Adoptez la stratégie des petites marches :

Chaque jour, trouvez au moins 1 chose à propos vous dont vous êtes fier. Notez le sur un carnet et faites l’exercice pendant au moins 21 jours.

Prenez un moment pour célébrer cette appréciation positive de vous même, mettez les mains sur le front, fermez, les yeux et osez vous dire : « je m’aime, je suis fier(e) de qui je suis, je fais de mon mieux et c’est bien ».


Cela boostera votre méridien du cœur et vous mettra peut-être sur le chemin de l’auto-compassion. Au pire ? Vous vous kifferez (un peu plus) !


Charlotte Desbons – Kinésiologue – www.desmarchesensoi.com

26 vues

Charlotte Desbons

5 avenue de la passerelle 92210 Saint-Cloud

charlotte@desmarchesensoi.com

06 33 71 04 49 

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Icône Instagram

@2019 Charlotte Desbons kinésiologue certifiée par l'IFKA (Institut Français de Kinésiologie Appliquée)